fbpx

Autres traitements

Cicatrices

Traitement des cicatrices

Les cicatrices sont une situation particulière qu’il est devenu possible de dissimuler davantage par divers traitements.

La cicatrice est une réaction fibreuse créant localement un amas de tissu conjonctif qui permet, par exemple, la fusion des deux berges d’une plaie.

Sur le cuir chevelu, les cicatrices ont une origine multiple :

  • post traumatique, accident, brûlure,
  • post chirurgicale, linéaire après une intervention ou punctiforme après une FUE exécutée avec des punchs de grand diamètre,
  • inflammatoire.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’atténuer la visibilité de la cicatrice, mais souvent aussi il faut traiter une alopécie réactionnelle, notamment chez les patients après des  chirurgies multiples.

Quelles sont les solutions ?

La lipostructure

En premier lieu, la lipostructure permet d’améliorer la trophicité des tissus, d’assouplir la cicatrice ou la zone fibreuse.

Cela peut être réalisé grâce à la lipostructure, intervention qui consiste à prélever sous anesthésie locale de la graisse dans un bourrelet du corps et à la réinjecter après centrifugation et succession de filtration microscopique dans les tissus cicatriciels.

En fait de nombreuses cellules souches sont ainsi injectées dans la zone traitée, ce qui va permettre d’assouplir celle-ci en recréant du tissu sain.

Quand les cicatrices sont indurées, en relief, ce temps là est indispensable et améliore grandement le résultat.

Une nouvelle vascularisation est également induite permettant d’envisager une greffe éventuelle.

Les indications de ces injections sont surtout les cicatrices linéaires et les alopécies cicatricielles post inflammatoires.


Microgreffe  FUE

La microgreffe par technique FUE est aussi largement utilisée pour traiter une cicatrice trop visible; toutefois la prise de la greffe est plus aléatoire sur du tissu cicatriciel, d’où l’intérêt d’une lipostructure préalable.

Pour prendre vie, le greffon doit être vascularisé, donc implanté dans un tissu sain ou du moins vascularisé; cela peut se réaliser en implantant le greffon plus profondément pour sortir de la zone fibreuse ou par néoformation de tissu par injection de graisse.

Exemple de traitement d’une cicatrice alopécique


SMP : Scalp MicroPigmentation

Il s’agit d’une technique initiée par un tatoueur, qui consiste à faire un tatouage de la cicatrice ou du cuir chevelu avec des pigments médicaux semi permanents.

En diminuant la blancheur de la cicatrice, le contraste avec le reste de la chevelure est moins visible. De la même façon, la SMP peut amplifier le résultat d’une microgreffe, en provoquant un effet volumateur.

Ce traitement aussi requiert une grande dextérité, une grande expérience pour atteindre un aspect naturel.

Thérapie cellulaire

La Mésogreffe de cellules souches

La mésogreffe est une alternative médicale intéressante dans le traitement de l’alopécie androgénique. Elle permet la régénération des tissus humains en exploitant le propre capital du patient. Celui-ci est à la fois donneur et receveur. Le principe est donc d’effectuer des micro-greffes dites « autologues » de cellules souches appliquées aux moyens de dispositifs médicaux stériles.

Ces cellules souches ont une capacité  d’auto renouvèlement et de différenciation. Celles ci sont prometteuses pour la thérapie cellulaire.

Les réservoirs de cellules souches sont présents au niveau du cuir chevelu à la racine du cheveu, le bulbe capillaire et le long de la gaine du cheveu sous la peau. Lorsque le cheveu entame sa phase de fin de vie, les cellules souches s’activent et vont fabriquer un nouveau bulbe capillaire. Ce processus est appelé néo-morphogénèse. A noter que le cheveu est le seul organe du corps humain à se renouveler complètement.

Dans le cas de l’alopécie androgénique, ce processus ralenti, les cellules souches s’inactivent et le follicule s’atrophie.


Rigenera™ d’Avaneo est un laboratoire mettant à disposition une méthode efficace dans la réparation de différents tissus endommagés et notamment dans le traitement de la perte des cheveux,  en permettant la récupération des cellules souches. En effet, les bulbes capillaires sont riches en cellules souches disposant de facteurs régénérateurs, cicatrisants et anti-inflammatoires.

Cette méthode s’adresse à un profil spécifique de patient, établi au préalable lors de la consultation avec le praticien. En effet, ce type de traitement est indiqué chez les hommes et les femmes n’ayant pas de problèmes de santé particuliers du cuir chevelu ou de la peau, souhaitant améliorer leur présentation esthétique, avec une perte de cheveux récente et peu évoluée. De cette façon, il est possible d’obtenir des résultats satisfaisants en une seule séance, et d’augmenter, selon Avaneo, la densité des cheveux d’environ 29% à 23 semaines.

Le prélèvement s’effectue simplement sous anesthésie locale et au moyen d’un punch de biopsie de 2mm au niveau du cuir chevelu. Cette zone de prélèvement sera déterminée de façon à être la plus discrète possible, sur l’arrière de la tête.

Le nombre de prélèvements dépend de la zone à traiter, ceux ci sont ensuite placés sur une grille permettant une sélection mécanique d’une durée de une à deux minutes. La filtration obtenue permet le passage de cellules inférieures à 50 microns, et ainsi obtenir un concentré de cellules souches qui permettent la régénérescence des follicules pileux. La solution est ensuite diluée dans du sérum physiologique.

Les micro-injections se font sur les zones à traiter à l’aide d’une fine aiguille à quelques millimètres seulement dans le cuir chevelu, suivant les principes de mésothérapie.

Micropigmentation

Micropigmentation, SMP ou Scalp MicroPigmentation

La micropigmentation ou SMP pour Scalp Micropigmentation, est une méthode encore peu connue du grand public.

Elle consiste en l’introduction d’un pigment spécifique dans le derme.

Ce pigment répond à des normes médicales, chaque goutte étant encapsulée de façon stérile. Il s’agit donc d’un dispositif médical contrôlé à l’inverse des encres de tatouage standard.

Cette encapsulation des gouttes isole les composants de l’encre du corps humain, ce qui réduit le risque allergique à l’extrême  et permet leur utilisation en oncologie.

D’autre part, la taille des gouttes d’encre, 20 microns, leur permet d’être phagocytées par les macrophages, cellules chargées du nettoyage de l’organisme. Cela explique la réversibilité de cette coloration cutanée en deux ans car le pigment est éliminé progressivement. Les encres de tatouage au contraire mesurent 30 microns ce qui les rend impossible à éliminer.

Cette réversibilité donne le choix au patient de la conservation ou non de cette pigmentation.

La profondeur d’introduction dans le derme est également différente, superficielle à 0,5 mm en SMP et profonde à 2 mm pour un tatouage.

Enfin, le système (moteur et aiguille) a été conçu spécifiquement pour la barbe et le cuir chevelu de façon à déposer la quantité adéquate de pigment et à s’adapter à tout type de peau.

Ce procédé peut apparaître comme une excellente solution dans plusieurs situations.

Quelles sont les indications d’une trichopigmentation?

  • Alopécie circonscrite (areata, pelade,cicatricielle…) du cuir chevelu ou de la barbe;
  • une alopécie en cours d’évolution avec miniaturisation follicullaire;
  • une calvitie totale;
  • pré et / ou post implantation capillaire;
  • traitement des cicatrices.

Quel effet procure la SMP ?

  • Un effet rasé sur cheveux court où en l’absence de cheveux;
  • un effet de densification de la chevelure;
  • un camouflage de cicatrice (FUT , aspect mité de FUE ou autres).

Des formations spécifiques en SMP ont été suivies par notre équipe lors de différents congrès & ateliers internationaux permettant l’amélioration continue de nos techniques.