Traitements chirurgicaux

L’implantation des greffons

L’implantation des greffons

L’implantation des greffons

Comme évoqué précédemment, le prélèvement des greffons peut se faire de différentes manières :

  • prélèvement manuel,
  • prélèvement motorisé,
  • prélèvement robotisé.

L’implantation est tout aussi importante que le prélèvement car il faut bien entendu éviter de créer des lésions aux greffons, mais il faut également placer ces greffons assez proches pour avoir une bonne densité, et dans le bon sens pour une coiffure harmonieuse et éviter les épis.

La partie la plus fragile des greffons se situe juste au-dessus du bulbe; à cet endroit il n’y a pas de kératine. Or la technique encore la plus utilisée consiste à créer des fentes à l’aide d’une micro-lame de bistouri, puis à introduire les greffons dans ces fentes à l’aide de pinces de microchirurgie, qui saisissent le greffon par cette zone fragile.

Nous l’avons abandonnée et nous utilisons désormais des dull punchs tels le Keep implanter ou le WAW implanter qui permettent une fois le punch introduit dans la fente de faire coulisser le greffon sans dommage. Nous travaillons aussi avec des punchs type Choi comme le Lion implanter qui sont tranchants et permettent dans le même temps d’inciser la peau et de déposer le greffon.

Cette technique nous donne les meilleurs résultats mais nécessite une grande habileté pour serrer les greffons.

En effet, on observe fréquemment chez les débutants un phénomène appelé « popping » c’est à dire que le greffon adjacent ressort lorsqu’on implante et cela nécessite un geste très particulier pour l’éviter. Il en est de même pour le saignement qui est souvent observé si l’implantation est trop profonde.

Ce procédé est particulièrement adapté car il permet d’introduire les greffons dans la bonne direction, ce qui est notamment important dans les zones délicates comme la jonction fronto-temporale et la barbe. Ces deux derniers types d’implanters (Keep et Choi) sont très intéressants car la manipulation des greffons ne se fait pas par la zone fragile mais par la zone la plus résistante située près de la peau.

Ci-dessous un exemple des implanters Keep, Lion et des dull punchs:

Implants de sourcils & cils

Implants de sourcils & cils

Greffe des sourcils

Les sourcils tiennent une place particulière dans le visage, et sont un élément important du regard et de l’expression.

Leur reconstruction est plus fréquemment demandée car la tendance est aujourd’hui au sourcil plus épais.

Les altérations des sourcils ont des origines multiples. Elles peuvent être liées au vieillissement, mais aussi à des épilations excessives; il peut s’agir également de traiter une cicatrice ou de camoufler un tatouage inadapté. D’autre part, la raréfaction des sourcils peut être causée par des troubles hormonaux, des désordres thyroidiens, ou encore par une tendance génétique à l’affinement des sourcils.

Reconstruire un sourcil se fait par microgreffe de cheveux.

Le prélèvement se fait sur la partie postérieure du crâne de deux manières :

  • soit par technique FUT; une petite bande de cuir chevelu est découpée dans laquelle seront extraits les greffons; cette technique laisse une petite cicatrice facilement camouflée
  • soit par technique FUE qui consiste à prélever les greffons à l’aide de punchs très petits (diamètre inférieur à 1 mm); ce procédé ne laisse pas de cicatrice et reste indolore

Le choix des cheveux à prélever est également important de façon à rajouter des cheveux de même épaisseur que les poils d’origine, mais aussi avec la même courbure.

Pour cela, un prélèvement avec une longueur suffisante des cheveux permettra de choisir les poils les mieux adaptés. Ces greffes à cheveux longs, qui n’étaient jusqu’alors possibles qu’avec la procédure FUT, sont réalisables aujourd’hui par la procédure FUE, entre des mains expertes.

L’implantation est aussi déterminante car l’orientation des poils change entre la partie interne du sourcil (tête), la partie médiane (corps) et externe (queue).

Enfin le dessin du futur sourcil, élément majeur, doit être méticuleusement tracé en accord avec la patiente.

L’intervention se pratique sous anesthésie locale et dure 2 à 3 heures.

Les suites sont simplement marquées par un gonflement, parfois des ecchymoses et la présence de petites croûtes qui vont persister quelques jours.

Il est important de rappeler que les cheveux greffés tombent quelques jours après l’intervention et commencent à repousser à partir du 2° mois.

Enfin l’application d’un gel dans un premier temps peut être utile pour donner une forme harmonieuse.

Enfin, il faudra tailler régulièrement  les nouveaux sourcils à la longueur souhaitée.


Le prélèvement technique long hair FUE est plus délicat qu’en technique FUT mais ne prend qu’une heure pour reconstruire des cils car le nombre de greffons est plus limité.

La technique d’implantation sur la paupière est par contre très particulière et doit tenir compte de l’implantation naturelle des cils sur le bord de celle-ci.

Les greffons prélevés sont divisés en unité folliculaire de 1 ou 2 cheveux, et tout tissu excédentaire est enlevé pour les rendre le plus fin possible. Ensuite, ils sont mis en place à l’aide d’une aiguille chirurgicale.

La repousse est rapide et les premiers résultats apparaissent dès les premiers jours suivant l’intervention.

Un gonflement et des ecchymoses légers sont observés pendant quelques jours et les soins post-opératoires consistent seulement en l’application d’une crème ophtalmologique antibiotique. Ce traitement est indolore.

Les nouveaux cils devront être coupés régulièrement à la bonne longueur.

Implant ou greffe de barbe

Implant ou greffe de barbe

Greffe de barbe

En recrudescence, le port de la barbe s’est développé depuis quelques années, comme en témoigne sa présence chez de nombreux acteurs ou personnes médiatiques, et l’ouverture de nombreux barber shop.

La demande consiste le plus souvent en une densification pour masculiniser ou affirmer la personnalité d’un visage, parfois créer une moustache ou camoufler une cicatrice.

Le poil de barbe a quelques particularités dont il faut tenir compte en vue d’une implantation :

  • il est plus épais que les autres poils du corps
  • il pousse seul, ou rarement par deux

Ainsi au cours d’une greffe, il faut être attentif à choisir les cheveux les plus épais et isolés (greffons avec un seul cheveu).

Le prélèvement  peut être réalisé :

  • sur la partie retro mentonnière horizontale du cou (plancher de la bouche); on prélève ainsi des poils identiques qui pourront être transplantés sur les joues
  • ou sur le crâne et dans ce cas il faudra choisir les cheveux les plus épais

La couleur est aussi déterminante, notamment en cas de barbe grisonnante et un mixage de cheveux noirs, gris et blancs doit être savamment dosé.

La technique d’implantation est très particulière, tangentielle sur les joues, le poil ne poussant pas perpendiculairement à la surface de la peau à cet endroit du visage.

La durée de l’intervention est comparable à celle d’une greffe de cheveux car le nombre de greffons transplantés est souvent élevé (entre 2000 et 2500 greffons pour un visage complet).

Les suites de l’intervention sont identiques à celles de toute greffe de cheveux, présence de petites croutes qui mettent une dizaine de jours pour tomber, parfois léger œdème.

Le nettoyage doit être quotidien, et bien entendu le rasage ne pourra s’effectuer qu’après la fin de la cicatrisation soit une quinzaine de jours.

La coupe ou tonte devra être fréquente car la vitesse de pousse des cheveux et des poils n’est pas identique.

À noter que si les cheveux peuvent être utilisés pour reconstruire une barbe, cela marche aussi dans l’autre sens, les poils de barbe peuvent être prélevés pour densifier un cuir chevelu, en cas de zone donneuse insuffisante sur le crâne.

FUT (follicular unit transplantation)

FUT (follicular unit transplantation)

Strip procedure ou FUT (Follicular Unit Transplantation)

Cette technique, aussi appelée technique de la bandelette, consiste à prélever un fragment de cuir chevelu dans la partie postérieure du crâne et à découper ensuite ce fragment de scalp en micro-greffons de 1 mm de diamètre environ.

Cette technique, initiée dans les années 90, est restée la plus utilisée dans le monde jusqu’en 2015. Cependant, la FUT est aujourd’hui quelque peu délaissée au profit de la FUE.

La FUT est un excellent procédé qui requiert néanmoins l’action d’une équipe soignante très expérimentée: plusieurs assistantes et infirmières doivent savoir découper sous microscopes ces minuscules greffons.

Enfin la qualité du prélèvement lui même est très importante, il ne faut pas un fragment trop large sinon la tension lors du rapprochement des berges est trop forte et la cicatrice s’élargira secondairement.

Enfin un artifice de suture (technique trichophytique) permet de refaire pousser les cheveux à travers la cicatrice et de diminuer son apparence.

La dissection doit rester superficielle au ras des bulbes pour diminuer le saignement et les lésions des filets nerveux.

Son indication dépend de plusieurs facteurs :

  • volonté du patient
  • refus du rasage large de la zône donneuse : intérêt chez la femme
  • surface de la zone donneuse occipitale
  • rigidité du cuir chevelu

Elle permet de réaliser un grand nombre de greffons en une séance, jusqu’à 3000 dans notre équipe, et la qualité du greffon est excellente  avec une équipe expérimentée, d’où une repousse de grande qualité.

FUE Cheveux longs et FUE sans rasage

Long hair FUE et unshaven procedure

LONG HAIR FUE

La réalisation de greffes à cheveux longs est réalisée depuis plusieurs années avec la méthode FUT ou « strip procedure » (ou encore « technique de la bandelette »).

Elle est aujourd’hui réalisable autrement avec un prélèvement FUE (pour Follicular Unit Excision).

Le prélèvement est alors effectué soit avec des punchs manuels, soit avec des punchs motorisés; le robot ARTAS ne permet pas d’effectuer pour le moment les prélèvements à cheveux longs et sans rasage.

Il faut bien séparer les procédures sans rasage de celles à prélèvement à cheveux longs, car les termes (long hair FUE) et (unshaven procedure) sont souvent employés à tort.

Dans le cas d’une greffe à cheveux longs, le greffon prélevé comporte des cheveux de longueur normale pour le patient; le prélèvement est effectué avec des punchs spécifiques qui permettent de placer les cheveux à l’intérieur du punch qui peut ensuite faire la découpe de l’unité folliculaire. Il va de soi que sa réalisation nécessite une maîtrise parfaite de la FUE, car le prélèvement est beaucoup plus difficile et long; les cheveux doivent être exposés, et l’analyse de la direction des cheveux est plus délicate.

Dans notre centre nous développons cette technique de plus en plus, car il s’agit de l’avenir de la FUE; la zone de prélèvement est indécelable.

L’intérêt de cette pratique est la trés grande discrétion de l’intervention car la zone de prélèvement et d’implantation sont invisibles car les petites croutes présentes les premiers jours suivant la procedure sont facilement dissimulées.

L’appréciation immédiate du résultat définitif est aussi prédictible; toutefois les cheveux greffés longs ou courts tombent en règle générale vers le 15ème jour pour ne repousser qu’à partir du 2ème mois.

Une attention toute particulière sera apportée aux soins post-opératoires pour éviter des extraction du greffon lors du lavage et du démêlage des cheveux.

L‘absence de rasage de la zone de prélèvement représente un autre avantage; elle réduit le stress psychologique de l’intervention et rend l’intervention beaucoup plus facile à accepter chez les femmes.


 UNSHAVEN FUE

L’intêret d’une greffe sans tonte ou rasage des cheveux sur la zone donneuse (connu comme unshaven procedure) est de même nature.

Exemple de unshaven procedure

En effet, un des écueils principaux de la procédure FUE est la visibilité immédiate de la zone de prélèvement dans les jours qui suivent la greffe; cela représente un frein majeur à la procédure, en particulier pour les femmes ou toute personne ne pouvant interrompre son activité professionnelle pendant une dizaine de jours.

Dans le cadre d’une procédure FUE unshaven/sans rasage, le prélèvement s’effectue après avoir isolé des bandes de 1 à 2 mm de largeur de cheveux qui sont coupés courts avec des ciseaux extra fins, et le prélèvement peut s’effectuer plus facilement que dans les procédures à cheveux longs; il reste toutefois nettement plus compliqué que pour une procédure standard.

 

Quant à la procédure FUE avec rasage limité (patchy shaven), une zone étroite peut être tondue normalement de 1 à 3 cm de largeur et le prélèvement s’effectue alors normalement, les cheveux voisins venant recouvrir la zone en fin d’intervention. Cette procédure est plus rapide et moins onéreuse que la procédure FUE cheveux longs.

Exemple d’une procédure FUE avec rasage limité chez une femme

 

Exemple d’une procédure FUE avec rasage limité chez un homme

FUE robotisée : robot ARTAS

FUE robotisée : Mise au point

Le robot ARTAS a été commercialisé en 2012 aux USA et fin 2013 en Europe.

Ce système présente deux parties, l’une qui analyse l’orientation des cheveux à prélever, et l’autre qui effectue le prélèvement lui-même, c’est à dire le découpage du greffon.

La première fonctionne assez bien pourvu que l’on ait les cheveux foncés car le repérage de l’orientation des cheveux est effectuée paranalyse de  la différence de contraste entre la couleur de la peau et des cheveux. Il faut donc des cheveux noirs ou châtains, les personnes aux cheveux blancs ou blonds devront faire une teinture la veille de l’intervention.

Il est préférable aussi d’avoir les cheveux épais plutôt que fins car le signal informatique sera de meilleure qualité. C’est d’ailleurs pour ces patients là, que l’agrément de la FDA a été donné en 2011.

Pour le prélèvement, la découpe de l’unité peut s’avérer de qualité insuffisante chez les personnes qui ont le cuir chevelu trop mou, insuffisamment ferme, et dans ce cas la découpe des greffons par le punch du robot n’est pas nette; en effet, le punch vient frapper la peau à chaque tentative de prélèvement et il pousse le greffon dans son trou au lieu de le découper ce qui provoque des greffons manquants (missing grafts) dont le terme est né avec cette procédure. Cela est lié au caractère violent du prélèvement robotisé, à l’opposé de la finesse du prélèvement humain.

Exemple d’un greffon manquant aussi appelé missing graft ou buried graft

La vitesse de prélèvement est aussi un argument souvent développé par certains centres.

Ayant une grande expérience du robot (nous avons été les premiers équipés en France) et de la FUE, je peux affirmer que la vitesse de prélèvement avec des punchs motorisés est nettement supérieure dans des mains expertes. Seul un prélèvement par punch manuel est plus lent.

L’aspect des cicatrices est aussi à considérer car la taille du double punch est bien plus importante avec le robot; ainsi quand on annonce une taille de punch de 0.9mm avec le robot, il s’agit en fait du diamètre intérieur du punch, le diamètre extérieur étant 1.59 mm; pour les autres fabricants le chiffre correspond au diamètre extérieur; cela explique la taille plus grande des cicatrices des prélèvements robotisés.

Concernant le taux de transection (section du cheveu lors du prélèvement), trois grands principes:

– Plus le punch est petit, plus le risque de transection est grand.

– Plus le punch est enfoncé profondémment, plus le risque de transection est important.

– Plus il y a de cheveux sur le greffon, plus le risque de transection est augmenté.

Contrairement à ce qui est mis en avant par les promoteurs du Robot, le taux de transection réel est plus élevé avec le Robot qu’avec les autres procédures alors même que la taille du punch est plus importante. Cela a aussi pu être constaté lors de tests comparatifs effectués sur des volontaires lors du congrès mondial de l’ISHRS d’Octobre 2017.

Quatre volontaires ont été opérés avec les différentes procédures et l’analyse des résultats en terme de qualité a démontré que chez les patients avec un cuir chevelu très souple le robot était distancé par les prélèvements manuels ou motorisés (et confirmation des fameux missing grafts).

Pour conclure, la robotisation n’en est sans doute qu’à ses premiers pas; elle représente peut-être l’avenir mais n’est pas suffisamment prête à l’heure actuelle.

La FUE robotisée ne peut être proposée qu’aux patients au cuir chevelu ferme et aux cheveux épais.

Elle est par contre déconseillée chez la femme en raison de la texture de son cuir chevelu et de la finesse de ses cheveux.

Enfin la FUE robotisée ne permet pas de réaliser les nouvelles procédures « unshaven » et « long hair FUE« .

La prochaine évolution de la robotisation, l’implantation, devrait être disponible dès 2019.

FUE (Follicular Unit Excision)

FUE (Follicular Unit Excision)

Anciennement Follicular Unit Extraction

La technique FUE : Le principe consiste à prélever l’unité folliculaire à l’aide d’un punch pouvant mesurer de 0,7 à 1 mm de diamètre. Le greffon lui-même ne mesure que 0,5 à 0,6 mm de large.

 Punch 1mm sur le cuir chevelu

Qu’est-ce que l’unité folliculaire? C’est le bouquet de cheveux qui sort par le même pore cutané; il peut y avoir 1,2,3 ou 4 cheveux, exceptionnellement plus. L’unité folliculaire est aussi désignée sous le nom de greffon ou de graft dans la littérature scientifique anglophone.

Vue microscopique de greffons de type caucasien

Le processus du prélèvement FUE est délicat pour plusieurs raisons :

  • celui-ci est aveugle sous la peau,
  • les cheveux divergent parfois en s’enfonçant sous la peau,
  • le punch est étroit,
  • l’axe de la tige pilaire change sous la peau en raison de la traction du muscle arrecteur du poil,
  • le trajet du follicule sous la peau peut être très tortueux, cheveux crépus.

Vue microscopique de greffons à cheveux crépus

Toutefois même dans ces conditions plus difficiles en raison du caractère tortueux du cheveu, nous sommes en mesure de réaliser parfaitement et avec succès la FUE. Il va de soi qu’il est impératif de prélever avec des moyens optiques qui permettent un grossissement important.


Le but est d’obtenir la meilleure qualité de greffons afin d’avoir le taux de repousse maximal; pour cela le greffon doit contenir la tige pilaire mais aussi les tissus situés autour car ils contiennent les cellules souches qui permettront de reproduire les cycles pilaires (chubby graft); cela ne peut-être vérifié que par un examen microscopique.

Il faut également éviter de blesser les unités folliculaires voisines, celles que l’on ne prélève pas afin que les cheveux repoussent sur la zone de prélèvement et que l’on n’observe pas de cicatrices blanches rondes, conférant un aspect mité à la zone donneuse. Pour cette raison nous ne pratiquons pas une technique appelée maxi 3D, qui consiste à prélever avec des punchs de 2 mms de diamètre ou plus, rendant le geste plus facile mais à l’origine d’aspect mité de la zone donneuse.

Le défi FUE aujourd’hui est d’utiliser les punchs les plus petits qui permettent à la fois d’avoir des bons greffons et de ne pas endommager les autres cheveux non prélevés.

La plupart des opérateurs forent jusqu’à une profondeur de 2 à 3 mms, de façon à éviter une section de la tige en s’enfonçant plus profondément (transection).

Ces forages peuvent se faire avec des punchs manuels, avec des micromoteurs, et également avec le robot ARTAS.


FUE manuelle

Contrairement à ce que l’on peut lire parfois sur certains sites, la qualité du prélèvement est remarquable car les lésions tissulaires sont minimes dans des mains expérimentées; la pression exercée sur la peau est légère, et le taux de transection est très bas avec un bon centrage du punch. Notre cadence permet de prélever en toute sécurité jusqu’à 500 greffons/heure.

C’est aussi un moyen d’effectuer des prélèvements en FUE avec des cheveux longs (long hair FUE) dernier raffinement technique de la FUE.


FUE motorisée

Le punch est toujours guidé par la main de l’opérateur mais le prélèvement est plus rapide que la technique manuelle ou robotisée (1500 à 2500 greffons/heure).

De nombreux moteurs sont disponibles, certains reproduisent le travail de la main humaine en réalisant des oscillations.

 

Dans notre équipe, les taux de transections sont très bas, 1 à 2% pour les patients faciles, et 5 ou 6% pour les cas plus difficiles.

Avec ces technologies, la qualité des greffons est identique à un prélèvement manuel voire meilleure car la facilité d’extraction est nettement améliorée.

De nombreux modèles de punchs sont utilisables, tranchant, émoussé ou hybride; ce dernier a encore permis d’améliorer la qualité de nos interventions.

Nous possédons tous ces équipements au sein de NHT ce qui nous permet de choisir la technique la mieux appropriée au patient.

Déroulement d’une procédure type

Déroulement d’une procédure type

La consultation pré-opératoire

Lors de la consultation, le chirurgien détermine les motivations du patient à l’aide d’un questionnaire. Ce dernier doit faire part de ses antécédents familiaux, fournir des informations quant à son mode de vie (notamment une éventuelle consommation de tabac et de stupéfiant) et énoncer les médicaments qu’ils consomment, certain d’entre eux étant susceptibles de freiner la pousse des cheveux. Le chirurgien évalue ensuite la répercussion psychologique sur la vie du patient et les attentes de celui-ci (réalistes ou pas).

On passe ensuite à l’examen du cuir chevelu au cours duquel sont analysées ses principales caractéristiques :

  • l’étendue de la calvitie et de la zone à traiter,
  • la densité sur la zone donneuse (nombre de cheveux par cm2), ce qui permet d’évaluer le nombre de greffons qui peuvent être prélevés sans que cela se voit,
  • un examen trichoscopique est indispensable pour cette mesure,
  • la souplesse, la laxité du cuir chevelu, la présence de lésions de la peau,
  • l’analyse de l’épaisseur du cheveu et sa coloration.

Le budget qu’est capable d’accorder le patient demeure aussi un critère de décision.

Tous ces éléments permettent d’établir un protocole sur mesure pour chaque patient. Ce dernier dispose d’un délai de rétractation de 15 jours après acceptation du devis.

Par ailleurs, notre équipe médicale réalise fréquemment des téléconsultations.

Le patient qui ne réside pas dans la région peut également faire parvenir des photographies afin que le chirurgien puisse estimer la correction nécessaire. Lorsque la première consultation est réalisée à distance, un nouvel examen est effectué la veille ou le jour même, avant l’intervention.


Les conditions de l’opération FUE

La durée de l’intervention est fonction du nombre de greffons à réimplanter. Environ 6 heures sont nécessaires pour la transplantation de 2 000 greffons; 2 heures pour le prélèvement (1000 à 1500 greffons/h), parfois moins, une heure pour l’extraction des greffons du cuir chevelu et leur vérification sous microscope, et 2 à 3h pour la réimplantation (700 à 800 greffons par heure en moyenne).

Il s’agit d’un travail d’équipe et de nombreuses assistantes expérimentées participent à toutes ces phases. Le patient ne ressent pas de douleurs au cours de la greffe qui se déroule sous anesthésie locale.

Un break de 45 minutes pour le déjeuner et la détente du patient est réalisé.


Greffe capillaire FUE : une opération en trois temps

Elle fait partie des méthodes d’implantation capillaire au même titre que la FUT (Follicular Unit Transplant – Transplant d’Unité Folliculaire) mais demeure une évolution plus douce de la transplantation capillaire.

Concernant la FUT: ce procédé nécessite la découpe d’une bandelette de cuir chevelu constituée d’une multitudes de follicules et implique une cicatrice.

La technique FUE quant à elle ne laisse pas de cicatrice visible. A l’aide de lunettes grossissantes, l’opérateur prélève un par un les greffons qui seront implantés sur les zones dépourvues de cheveux. La greffe de cheveux FUE est divisée en trois temps opératoires: il s’agit dans un premier temps de prélever les greffons, de les vérifier sous microscope dans un deuxième temps, et enfin d’implanter l’ensemble des greffons sur la zone receveuse.


Le prélèvement des greffons

L’équipe médicale utilise des punchs pour le prélèvement des greffons localisés à l’arrière de la tête sur la zone donneuse. Dit autrement, c’est le carottage du cuir chevelu à l’aide de micro-punch, manuel, motorisé ou robotisé.

Aujourd’hui, on utilise les punchs les plus petits qui permettent à la fois de récolter des greffons de qualité et d’épargner les cheveux voisins pour permettre une bonne repousse sur la zone de prélèvement. Dans notre centre, la taille des punchs varie de 0.8 à 1.05 mm de diamètre exterieur, ce qui correspond à des diamètres intérieurs de 0.5 à 0.7 mm.

Un geste qui nécessite un niveau de compétence élevée (dextérité et expérience). Il s’agit de libérer l’unité folliculaire de ses attaches cutanées et graisseuses et de l’extraire en préservant son intégrité. L’épaisseur de ces greffons étant de 0,5 mm, une grande délicatesse dans le geste est indispensable. Cela ne s’acquiert qu’avec un entrainement quotidien.

Comme lors du carottage, l’extraction nécessite une grande minutie. En présence d’une zone donneuse insuffisante sur le crâne, les greffons peuvent être prélevés sur le corps (body hairs) et sur la barbe.


Analyse microscopique et conditionnement des greffons

Les greffons récoltés sont analysés sous microscope par une ou deux autres assistantes, ce qui permet de vérifier leur intégrité, d’évaluer le taux de transection (nombre de cheveux coupés) et de compter les greffons avec 1, 2, 3 ou 4 cheveux.

Au terme de cette analyse, le taux de transection est précisé avec exactitude, et le nombre de cheveux à transplanter également; aucun chiffre n’est approximatif.

Dans notre équipe le taux de transection se situe entre 0 et 5% pour les cas faciles, et 5 et 10% pour les cas plus difficiles, ce qui correspond dans toutes les situations à plus de 90% de bons greffons.


Le conditionnement

Les greffons sont ensuite placés dans une cupule compartimentée, (ce qui permet de séparer les greffons de 1,2 ,3 et 4 cheveux) où la température oscille entre 2 et 6 degrés, jusqu’au moment où ils rejoindront leur nouvelle destination.

D’autres zones de prélèvement (barbe, thorax) peuvent être envisagées chez les patients qui ne bénéficient pas d’une zone donneuse suffisante à l’arrière du crâne.

Exemple de prélèvement de barbe

Exemple de prélèvement sur le torse


Préparation de la zone receveuse et implantation des greffons

A l’aide d’une micro-lame en saphir, de petites incisions cutanées sont réalisées sur la peau dépourvues de cheveux, dans lesquelles seront introduits les greffons.

Souvent aussi ce geste peut être réalisé en même temps que l’introduction du greffon à l’aide d’un instrument implanteur : c’est la réimplantation sans lésion.

Il s’agit de petites aiguilles équipées d’un piston central qui permet de pousser le greffon une fois l’aiguille plantée dans le cuir chevelu. L’expérience et la dextérité de l’opérateur sont déterminantes pour que la densité et la direction des greffons soient exécutées correctement.


Après une greffe de cheveux FUE

Un pansement léger est apposé à la fin de l’intervention. Le patient se lave les cheveux avec délicatesse dés le lendemain. Les croûtes vont progressivement disparaître en une dizaine de jours. Les cheveux contenus dans les greffons commencent généralement à tomber après le 15ème jour, c’est un phénomène tout à fait normal, les racines pilaires demeurent quant à elles intactes. La repousse est initiée au deuxième mois post-opératoire. Une première évaluation est réalisée 4 à 6 mois après l’intervention. Le résultat définitif ne peut être observé qu’après 12 mois. La reprise du sport peut quant à elle être envisagée 10 ou 11 jours après l’intervention.

L’expérience de toute l’équipe détermine dans une large mesure la réussite de la greffe.


Les avantages de la FUE

Cette opération permet de redonner du volume aux cheveux clairsemés mais convient également à ceux qui souffrent d’alopécie, la repousse ayant l’avantage d’offrir un aspect très naturel. Cette technique réduit considérablement la rançon cicatricielle qu’implique la FUT(pas de cicatrice linéaire à l’arrière du crane); elle est aussi quasi indolore, moins invasive, à la différence de la FUT.

Elle permet d’utiliser tous les poils du corps (body hairs).

C’est devenue la procédure de référence.