FUE robotisée : robot ARTAS

FUE robotisée : Mise au point

Le robot ARTAS a été commercialisé en 2012 aux USA et fin 2013 en Europe.

Ce système présente deux parties, l’une qui analyse l’orientation des cheveux à prélever, et l’autre qui effectue le prélèvement lui-même, c’est à dire le découpage du greffon.

La première fonctionne assez bien pourvu que l’on ait les cheveux foncés car le repérage de l’orientation des cheveux est effectuée paranalyse de  la différence de contraste entre la couleur de la peau et des cheveux. Il faut donc des cheveux noirs ou châtains, les personnes aux cheveux blancs ou blonds devront faire une teinture la veille de l’intervention.

Il est préférable aussi d’avoir les cheveux épais plutôt que fins car le signal informatique sera de meilleure qualité. C’est d’ailleurs pour ces patients là, que l’agrément de la FDA a été donné en 2011.

Pour le prélèvement, la découpe de l’unité peut s’avérer de qualité insuffisante chez les personnes qui ont le cuir chevelu trop mou, insuffisamment ferme, et dans ce cas la découpe des greffons par le punch du robot n’est pas nette; en effet, le punch vient frapper la peau à chaque tentative de prélèvement et il pousse le greffon dans son trou au lieu de le découper ce qui provoque des greffons manquants (missing grafts) dont le terme est né avec cette procédure. Cela est lié au caractère violent du prélèvement robotisé, à l’opposé de la finesse du prélèvement humain.

Exemple d’un greffon manquant aussi appelé missing graft ou buried graft

La vitesse de prélèvement est aussi un argument souvent développé par certains centres.

Ayant une grande expérience du robot (nous avons été les premiers équipés en France) et de la FUE, je peux affirmer que la vitesse de prélèvement avec des punchs motorisés est nettement supérieure dans des mains expertes. Seul un prélèvement par punch manuel est plus lent.

L’aspect des cicatrices est aussi à considérer car la taille du double punch est bien plus importante avec le robot; ainsi quand on annonce une taille de punch de 0.9mm avec le robot, il s’agit en fait du diamètre intérieur du punch, le diamètre extérieur étant 1.59 mm; pour les autres fabricants le chiffre correspond au diamètre extérieur; cela explique la taille plus grande des cicatrices des prélèvements robotisés.

Concernant le taux de transection (section du cheveu lors du prélèvement), trois grands principes:

– Plus le punch est petit, plus le risque de transection est grand.

– Plus le punch est enfoncé profondémment, plus le risque de transection est important.

– Plus il y a de cheveux sur le greffon, plus le risque de transection est augmenté.

Contrairement à ce qui est mis en avant par les promoteurs du Robot, le taux de transection réel est plus élevé avec le Robot qu’avec les autres procédures alors même que la taille du punch est plus importante. Cela a aussi pu être constaté lors de tests comparatifs effectués sur des volontaires lors du congrès mondial de l’ISHRS d’Octobre 2017.

Quatre volontaires ont été opérés avec les différentes procédures et l’analyse des résultats en terme de qualité a démontré que chez les patients avec un cuir chevelu très souple le robot était distancé par les prélèvements manuels ou motorisés (et confirmation des fameux missing grafts).

Pour conclure, la robotisation n’en est sans doute qu’à ses premiers pas; elle représente peut-être l’avenir mais n’est pas suffisamment prête à l’heure actuelle.

La FUE robotisée ne peut être proposée qu’aux patients au cuir chevelu ferme et aux cheveux épais.

Elle est par contre déconseillée chez la femme en raison de la texture de son cuir chevelu et de la finesse de ses cheveux.

Enfin la FUE robotisée ne permet pas de réaliser les nouvelles procédures « unshaven » et « long hair FUE« .

La prochaine évolution de la robotisation, l’implantation, devrait être disponible dès 2019.

FUE robotisée : robot ARTAS