Aspects hormonaux


ASPECT HORMONAUX

Aspects hormonaux

Aspects hormonaux

Au centre NHT EUROPE

Le rôle des hormones androgènes est reconnu depuis longtemps dans le développement d’une calvitie, que ce soit chez l’homme ou la femme en période de ménopause.

Ainsi la testostérone est convertie en dihydrotestostérone, DHT, par des enzymes 5-alpha réductase, dont il existe 2 types 1 et 2. La transformation peut être bloquée par des inhibiteurs de ces enzymes, le finastéride ou le dutastéride qui bloque les 2 types de ces enzymes (le finastéride n’en bloque qu’un, le type 2).

Le dutastéride (nom commercial AVODART®) n’a pas l’agrément FDA pour l’alopécie mais seulement pour le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Son élimination est bien plus longue que le finastéride.

Des études ont montré que chez la femme en période de ménopause, la sécrétion d’androgènes par les ovaires et les glandes surrénales n’est plus compensée par la sécrétion des hormones œstrogènes et progestérones.

Une alopécie peut alors survenir et les traitements de substitution (THS) ne sont pas toujours possibles surtout s’il y a des antécédents de cancer du sein ou de problèmes vasculaires, phlébite ou embolie pulmonaire.

Pour les plus jeunes, certaines pilules contraceptives à base d’éthinyloestradiol qui ont des propriétés anti-androgènes, peuvent être une aide précieuse.

Les anti-androgènes, tels l’acétate de cyprotérone (ANDROCUR®) ne sont plus administrés car ils peuvent favoriser le développement de tumeur cérébrale (méningiome).

Certains traitements restent possibles avec des lotions topiques contenant de l’œstradiol et /ou de la progestérone.

Dans quelques situations, des enquêtes pluridisciplinaires doivent être menées de façon à ne pas passer à côté de pathologie ovarienne (ovaires polykystiques).

Dans toutes ces situations d’alopécie androgénétique de la femme, l’étude du génome constitue une aide importante et permet de mieux évaluer la cible thérapeutique.

Contactez le Centre
NHT EUROPE