Traitements conventionnels


traitement conventionnel nht

Traitements conventionnels

Traitements conventionnels

Au centre NHT EUROPE

Ces traitements existent depuis de nombreuses années et ne devraient être prescrits, selon nous, qu’après une analyse du génome.

C’est ce que nous faisons dans notre centre.

D’autre part, le finastéride est aujourd’hui disponible en solution topique.

 ROGAINE(MINOXIDIL®)

Ce produit augmente la durée de la phase anagène et peut même déclencher un nouveau cycle en accélérant la chute du cheveu en phase télogène : c’est « l’effet shedding » parfois observé. D’une façon générale, le cheveu s’épaissit, et pousse. Il agit en stimulant la croissance des follicules pileux par activation des cellules germinales du derme papillaire.

La lotion doit être appliquée une à deux fois par jour ; la lotion à 5% est plus efficace chez l’homme.

Chez la femme la lotion à 2% est recommandée ; les risques d’irritation ou d’allergie cutanée sont plus importants que chez l’homme.

Les résultats ne peuvent être appréciables qu’après 6 mois d’application.

 FINASTERIDE (PROPECIA®)

À ce jour 2 molécules peuvent freiner la formation de DHT, le finastéride (nom commercial Propecia) qui bloque le type 2 de la 5-alpha réductase et le dutastéride (Avodart) à l’élimination bien plus longue (demi-vie de 5 semaines au lieu de 8h pour le finastéride) qui bloque les 2 types 1 et 2 de la 5-alpha réductase ; ce dernier n’a pas d’agrément FDA pour la perte de cheveux mais seulement pour l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

Des études ont montré après 5 ans de traitement par finastéride :

  • Dans 48% des patients une croissance de nouveaux cheveux, 6% versus placebo
  • Dans 42% une stabilisation de la calvitie, 19% versus placebo
  • Dans 10% aucune efficacité, perte de cheveux constante, 75% versus placebo

Mais cette efficacité sur la chute des cheveux peut s’accompagner d’effets délétères sur la fonction sexuelle masculine dans un certain pourcentage de cas (4,5%), la fréquence de survenue est en fait difficile à apprécier, car souvent les patients n’osent pas en parler. Parmi les effets secondaires, on remarque une diminution de la libido, un trouble de l’érection, des douleurs testiculaires, une congestion mammaire voire une gynécomastie, et un état dépressif.

Les effets ont disparu chez les patients qui ont stoppé le traitement et chez 58% des patients qui ont poursuivi ce traitement ; pour certains sujets, ces effets pourraient persister après l’arrêt du traitement : « Post-Finastéride Syndrome » (PFS).

Dans certains pays et aujourd’hui en France, cette molécule est disponible en lotion, avec un passage systémique plus faible qu’en comprimé dans le but de diminuer les effets secondaires.

Autres effets :

  • Le finastéride diminue le taux de PSA (Prostate Specific Antigen) dans le sang
  • Le finastéride pourrait diminuer le taux de cancer de la prostate de bas grade, mais pourrait augmenter le risque de tumeur de haut grade (risque chez les sujets jeunes 40/50 ans)
  • Effet sur la fertilité : chez l’homme, le finastéride peut diminuer le nombre de spermatozoïdes dans le sperme. Il est formellement contre-indiqué chez la femme enceinte ou devant l’être prochainement, en raison du risque de malformation sur l’embryon male (hypospadias)

Chez la femme ménopausée, ce traitement a été utilisé (résultats contrastés selon les études).

Biotine

La biotine, vitamine H ou B7 participe à de nombreux processus métaboliques : développement des cellules sanguines, du système nerveux et des cellules de la peau et aussi de la kératine, présente dans les ongles et les cheveux.

Peu synthétisée par le corps humain (bactéries intestinales), elle doit être apportée par l’alimentation ; c’est une vitamine qui disparaît à la cuisson mais qui est présente dans beaucoup d’aliments.

Les doses recommandées avoisinent les 50 microgrammes par jour.

De nombreux laboratoires en commercialisent.

Autres traitements

Beaucoup d’autres traitements sont parfois indiqués tant les origines de l’alopécie sont parfois multiples.

Certains traitements, ou antidépresseurs peuvent provoquer une chute de cheveux, une carence en fer également, une période de stress, un régime amaigrissant, désordres thyroïdiens avec pour chaque situation un traitement spécifique. Les causes les plus fréquentes, surtout chez les femmes sont les carences en fer. Un taux insuffisant de fer doit être recherché systématiquement devant toute chute de cheveux.

Les affections dermatologiques inflammatoires (Frontal fibrosis alopecia, lichen planopilaris, pseudo-pelade de Brocq) peuvent également être responsables de chute de cheveux.

Contactez le Centre
NHT EUROPE